Déclaration Finale de la 9ème Conférence Biennale

L’an deux mil dix-huit et du 11 au 18 Mars, s’est déroulé dans la Paroisse Salem de Hanoukopé, les travaux de la 9ème Conférence Biennale de l’Eglise Méthodiste du Togo sous la direction de sa Présidente Révérende Mme Martine LAWSON-ZINSOU autour du thème « le renouvellement de l’intelligence : engagement dans l’œuvre de Dieu » tiré de Romains 12 : 1-2 et de Matthieu 25 : 14-30.

La Session Pastorale s’est tenue du 13 au 14 Mars et la session représentative du 15 au 17 Mars 2018

Après étude des divers rapports, notamment ceux de la session pastorale de la Conférence, de la Présidente de la Conférence, de la Secrétaire Générale, des Surintendants Généraux des Districts, des commissions spécialisées,

Vu que tout changement dans la vie de l’Eglise doit commencer par un changement de mentalité, dans la façon de voir et de faire les choses, au niveau individuel et collectif ;

Vu que le renouvellement de l’intelligence, nécessite l’abandon d’un conservatisme dépassé  et d’un chauvinisme culturel établi en règle ;


Vu la nécessité de fédérer les forces et les compétences pour renouveler l’image de notre Eglise au sein de la société Togolaise et dans le monde ;

Considérant l’importance du thème « Le renouvellement de l’intelligence » qui interpelle chaque fidèle méthodiste non seulement à une repentance, à une obéissance, et à une responsabilité individuelle et collective par des actes dignes d’un chrétien né de nouveau mais aussi à un engament ferme pour l’avancement de l’œuvre de Dieu dans notre chère Eglise,

Considérant les grands défis politiques, religieux, socio-économiques et culturels du monde actuel,

Considérant les dysfonctionnements   constitutionnels   et réglementaires constatés au cours des mandatures précédentes et actuelles qui ont souvent plongé l’Eglise dans des crises incessantes et dans des lendemains incertains,


La 9ème Conférence Biennale a pris des résolutions et décisions  à l’issue de ses travaux:

Elle recommande :

  1. l’état des lieux des patrimoines de l’Eglise pour en rendre compte dans un premier temps au Conseil de la Conférence et ensuite à la prochaine Biennale

La Conférence décide :

-         Prof. Théophile AHADZI-NONO

-         Prof. François LAWSON-BODY

-         Rév. Angèle WILSON – DOGBE

-         Rév. Alexis SOKPO

-         M. Gérard ATOHOU


Ce Comité a pour mission de préparer les états généraux en définissant les thématiques, la forme et les modalités d’organisation et de mise en œuvre des décisions et il a les pleins pouvoirs d’aborder toutes les questions pouvant faire aboutir sa mission et peut faire appel à toutes personnes ressources susceptibles de l’aider dans cette mission. Il est donné deux mois à ce comité pour soumettre les résultats de ses travaux au Conseil de la Conférence. Ce dernier reçoit le rapport, l’étudie l’enrichit et le valide dans un délai maximum de quatre mois à compter de la date du dépôt du rapporteur du Comité préparatoire.   Le Conseil de la Conférence a l’obligation de lancer les travaux des états généraux dans un délai de quatre mois dès la réception du rapport du Comité préparatoire. Il est alors demandé à tout le Comité exécutif de veiller à la bonne exécution de la présente résolution

ELECTION

La Conférence a pris des actes afférents à l’élection à la vice-présidence de l’Eglise.


Acte 1

La Conférence, a dûment constaté la fin du mandat au poste de la Vice-présidence assumée par Monsieur Patrick BROOHM. Le poste de la vice-présidence de L’EMT a donc été déclaré ouvert par la session représentative conformément à l’article 19 de la constitution

Acte 2

La Conférence a pourvu au poste du Vice-président de la Conférence en relisant Monsieur Patrick BROOHM avec 68 voix sur 133.

La Conférence a décidé que le Vice-président élu sera officiellement installée le dimanche 18 Mars 2018 conformément au RI 58.


Remerciement

La 9ème Conférence Biennale se réjouit de l’heureux aboutissement de ses assises qui a permis d’élire le nouveau Vice-président de l’EMT.

Elle exprime sa gratitude aux délégués venus de tous les Districts de la Conférence, aux représentants des Partenaires et des Eglises sœurs notamment le Chargé de mission à la Présidence de l’Eglise Protestante Méthodiste du Benin, le Rév Amos AGBINDO BANKOLE, le Secrétaire Général de l’Eglise Protestante Méthodiste de Cote d’Ivoire le Révérend Siméon LOES, le Secrétaire Général de l’Association des Conseils Chrétiens et d’Eglise de l’Afrique de l’Ouest le Révérend Dr AGNIMEL et le Révérend Dr Simon DOSSOU de la CETA.

La conférence est particulièrement reconnaissante à M. Monsieur Gilles WILSON le Secrétaire Administratif et Financier (SAF) et le félicite pour son énorme contribution à l’Eglise Méthodiste du Togo dans tous les domaines pour son développement et son rayonnement tant sur le plan national qu’international. Elle exprime sa profonde gratitude à la paroisse Salem qui a accueilli les présentes assises et toutes les personnes de près ou de loin impliquées dans l’organisation et la réussite de ses travaux.

La Conférence a aussi pris une position sans équivoque par rapport à un problème éthique de l’heure et qui créé la confusion dans la chrétienté dans une DECLARATION TITREE

LETTRE PASTORALE DE L’EGLISE METHODISTE DU TOGO SUR L’HOMOSEXUALITE

Dont voici la teneur :

Devant l’ampleur prise par la question de l’homosexualité en ce début du XXIe siècle, et notamment au TOGO depuis quelques années, l’EGLISE METHODISTE DU TOGO (l’EMT) a jugé nécessaire de s’exprimer sur ce sujet dans la déclaration suivante :

L’EGLISE METHODISTE DU TOGO :

  1. que la Bible/ la Parole de Dieu, enseigne clairement que le mariage hétérosexuel monogame est la seule forme d’union établie et enseignée par Dieu, dans laquelle homme et femme, fidèles l’un à l’autre, vivent ensemble "jusqu’à ce que la mort les sépare", jouissant au sein de cette alliance des relations sexuelles (Genèse 2:24).
  1. que la Bible condamne très clairement et sans ambiguïté, tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament, dans les récits comme dans les parties didactiques, toute pratique homosexuelle qu’elle qualifie "d’abomination devant l’Eternel" (Lévitique 18:22, 20:; Epître aux Romains 1:26-27 ; 1 Corinthiens 6:9-11 ; etc.).

  1. l’homosexualité parmi les autres déviations et/ou transgressions d’ordre sexuel,: adultère, impudicité, inceste, pédophilie, zoophilie, nécrophilie, et qui sont appelées abominations.
  1. à la reconnaissance de l’orientation homosexuelle comme une relation sexuelle alternative et acceptable par l’Église et par Dieu et comme une expression de l’amour.
  1. le jugement sévère de Dieu sur les villes dont les habitants, parmi d’autres péchés, pratiquaient l’homosexualité (Sodome et Gomorrhe).
  1. des déclarations de l’épître de Paul aux Romains1) concernant un monde perverti approuvant l’homosexualité, ayant refusé la vérité (morale et spirituelle) de la révélation de Dieu, et remplaçant la vérité divine par le mensonge.
  1. l’interprétation fantaisiste et moderniste qui nie le sens clair des textes des Ecritures Saintes traitant de l’homosexualité.
  1. de tout cœur la reconnaissance par la société de la valeur morale de la Bible, seul repère valable pour l’établissement de lois contre les déviations et les abus sexuels et pour protéger la vie de couple et de famille, favorisant ainsi l’équilibre des enfants par la présence de deux parents de sexe différent.

  1. que l’amour de Dieu pour tous les hommes est sans partialité et que, par voie de conséquence, les homophiles et homosexuel(le)s sont tous et toutes également aimés du Seigneur, et appelés à se tourner vers le Christ, dans la repentance pour recevoir sa vie.
  1. la célébration de tout mariage homosexuel
  1. que la tentation homosexuelle peut être parfois grande et difficilement contrôlable mais rappelle que les hétérosexuels peuvent aussi connaître des tentations d’ordre hétérosexuel très fortes. Or tous peuvent s’attendre à une délivrance, avec l’aide de Dieu (1 Corinthiens 10:13).
  1. à aider de façon interne et confidentielle ses fidèles qui souffrent de cette orientation
  1. les Méthodistes à accueillir et à entourer au nom du Christ les homosexuels convertis, qui, devant abandonner "leur milieu" ont un grand besoin de trouver un foyer spirituel dans lequel de nouveaux contacts amicaux peuvent s’établir avec des frères et sœurs dans la foi.

Fait à Lomé, le 18 Mars 2018

La Conférence